Google+, Pinterest… ces réseaux sociaux souvent dénigrés à tort

Grande adepte de Twitter, pas un jour ne passe sans qu’un débat sur l’utilisation de Google + ou de Pinterest (entre autres parmi les réseaux à qui sont collées de mauvaises étiquettes) n’y éclate entre professionnels et adeptes de ces plateformes. Trop souvent, à tort, ces réseaux sont dénigrés. Les avez-vous au moins testé un peu mieux avant de les critiquer ?

pinterest-google-plus

Aujourd’hui, je vais me faire l’avocate de Google + et de Pinterest. Ce sont les 2 réseaux qui portent souvent à controverse : pas assez d’utilisateurs, peu d’intérêt, mise en avant forcée par Google pour le 1er… les arguments ne manquent pas pour rabaisser ces réseaux.

Pinterest : des fonctionnalités méconnues

Commençons par Pinterest. Le principal reproche qui lui est souvent fait, du moins en France, c’est de ne compter que peu d’utilisateurs. Et alors ? Certes, la communauté n’est pas aussi dense que sur Facebook (550 000 utilisateurs en France pour Pinterest contre 28 millions en France pour Facebook), Twitter ou d’autres grands réseaux. Pourtant, Pinterest propose des fonctionnalités qui sont peut-être passées inaperçu mais dont l’utilisation est plus qu’intéressante dans des stratégies social media.

  • Les cartes interactives pour géolocaliser les pins,
  • Les tableaux collaboratifs, dans lesquels plusieurs utilisateurs peuvent y partager des photos,
  • Les critères de recherches plus poussés pour les recherches culinaires,
  • La fonctionnalité GIF qui fonctionne depuis peu (alors qu’on l’attend toujours sur Facebook et Twitter).

pinterest-recherches-culinaires

Véritable réseau de niche, Pinterest n’est pas destiné qu’aux blogueuses mode. Tourisme, gastronomie et même banques (à l’image de BNP Paribas)… De nombreux autres secteurs ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit d’y partager leurs photos et d’y être innovants.

Et puis sur Pinterest, pas de problème de publicité intempestive gênant l’utilisateur, ni d’algorithme qui laisse peu de chances à vos publications d’être vues par les utilisateurs. En outre, on se tue moins à faire une publication qui n’aura que 4 likes sur une communauté de 1 000 personnes.

Alors avant de critiquer, et si vous alliez voir un peu plus loin que les fonctionnalités de base et les on-dit ?

Et Google+ dans tout ça ?

Personnellement, plus un réseau est rabaissé, plus j’ai envie de le tester pour comprendre pourquoi on en dit tant du mal. Je suis inscrite sur Google+ depuis plusieurs années, mais ce n’est que depuis quelques mois que j’en fais une utilisation plus poussée. Au-delà des pages entreprises, en tant qu’utilisateur, Google+ est une vraie mine d’or où l’information est encore plus riche que sur Twitter (où l’on est vite noyé dans un flot de tout et n’importe quoi).

Oublions l‘aspect SEO de Google+. Oublions tout court qu’il s’agit de Google. Sur Google+, l’affichage des informations est épuré, visuel et c’est surtout plus réfléchit que sur Twitter où l’on a tendance à partager vite, parfois sans trop réfléchir.

Par exemple, sur Twitter, lorsqu’une info va sortir, tout le monde va la relayer et on se retrouve avec une timeline où l’on a dix fois la même information traitée différemment en 10 tweets. Sur Google+ (c’est un ressenti), le partage est plus qualitatif. Je follow / encercle parfois les mêmes personnes sur Twitter et Google+ et pas de doute, c’est sur Google+ que leurs partages sont les plus intéressants.

C’est sans parler des communautés qui s’y forment. CM, SEO, webmarketing sont par exemple 3 communautés dont je fais partie. Autant le dire, j’y apprends bien plus de choses qu’en étant dans une communauté CM sur Facebook ou en suivant des dizaines de « spécialistes » du SEO / CM / Webmarketing sur Twitter.

cm-communaute-google-plus

La communauté CM sur Google+.

Si au départ, j’étais plutôt sceptique sur l’utilisation de Google+, j’ai vite fini par changer d’avis.

En conclusion, pour ma part, je préfère explorer, tester ces réseaux sociaux qui ont peut-être une audience faible (pour l’instant) que de perdre mon temps à m’époumoner pour me faire entendre sur Facebook (entres autres) pour quelques maigres résultats. Finalement la question est : est-ce que je préfère diffuser une info en masse avec peu de chance qu’elle soit lue tant elle est diluée ou est-ce que je préfère m’adresser à une cible d’utilisateurs, sur un réseau moins exploité mais où l’information est mieux traitée ? A vous de voir :-)

2 réflexions au sujet de « Google+, Pinterest… ces réseaux sociaux souvent dénigrés à tort »

  1. Bonjour Jessica,

    Bon l’URL n’est pas une provocation en regard de l’article, je préfère le préciser tout de suite ;) . Ce qui est assez marrant, c’est de constater à quel point les réseaux sociaux ne laissent pas indifférents. C’est pro ou anti (Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, etc.), mais le ressenti est bien souvent très marqué. Maintenant en ce qui concerne l’intérêt de la Timeline d’un réseau social et de la façon dont pourraient être perçus les messages que l’on voudrait y diffuser, il dépend essentiellement des personnes suivies ou qui nous suivent et de leur / notre philosophie d’utilisation de l’outil en question. Certaines personnes vont, par exemple, utiliser leur compte Facebook et leur compte Google+ avant tout à des fins personnelles et leur compte Twitter avant tout à des fins professionnelles. L’intérêt de celui qui lit les messages de cette personne dépend donc de l’utilisation que cette dernière en a, plus que de l’outil lui-même. Après, de là à dire que le réseau social ait une vocation qui est déjà perçue avant-même l’inscription, il n’y a qu’un pas…

    1. Bonjour,

      Je suis d’accord qu’au moins les réseaux sociaux ne laissent pas insensibles et c’est ça qui est intéressant, de pouvoir opposer tous les points de vue !

      Merci en tout cas d’avoir laissé votre avis ! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>